Reading Time: 5 mins

4 statistieken om softwarekwaliteit te meten

Horus.io

4 statistieken om softwarekwaliteit te meten

Le test de logiciels est un processus complexe et établir les bonnes mesures pour mesurer son succès est une tâche difficile en soi. De plus, le grand nombre de métriques de test de logiciels disponibles peut rendre difficile pour les testeurs de sélectionner celles qui conviennent le mieux. Cet article vous montrera 4 métriques de test logiciel que vous devriez utiliser.

Avant de commencer, vous devez disposer des éléments suivants pour dériver la plupart de ces mesures.

  • Utilisez des systèmes de contrôle de version comme GIT.
  • Entraînez-vous à écrire des codes propres dès le niveau de l’unité.
  • Cadre d’automatisation des tests robuste qui permet l’intégration avec des outils de gestion des tests et d’autres outils de rapport de défauts, etc.
  • Mettre en place une base pour le pipeline CI/CD pour le code du bâtiment.
  • Assurer la traçabilité de la gestion des tests.
  • Exécutez des tests de manière automatisée après chaque build réussi.

Plongeons maintenant dans les métriques !

1. Couverture des tests

Au fur et à mesure que votre produit évolue, de nouvelles fonctionnalités entrent en jeu. Et à chaque version successive, vous devez vous assurer que ces nouvelles fonctionnalités ne comportent pas de bogues avec elles et qu’elles ne cassent pas la fonctionnalité des fonctionnalités existantes (tests de régression)

Le temps nécessaire pour les tester, et la suite de régression est énorme, que nous préférons les tests automatisés pour atteindre une couverture de test et des normes de qualité plus élevées.

Plus la couverture du test est grande, moins il y a de risques de défauts non identifiés. Ainsi, lors de l’établissement d’un pourcentage cible pour votre couverture (les entreprises ayant des pratiques d’AQ matures atteignent> 95 & couverture de test), assurez-vous de ne pas le limiter aux seuls tests unitaires et fonctionnels, mais également à d’autres tests, à savoir, UI/UX, Performance, Sécurité, afin qu’ils couvrent la plupart des facettes de votre produit.

2. Constructions qualifiées

Certaines des versions sont transmises à l’AQ sans répondre à des exigences spécifiques et sont rejetées pour des raisons telles que : ne pas avoir satisfait aux critères d’entrée, versions non testables, etc. Cela signifie que beaucoup de temps est perdu entre le rejet des versions et le test des nouvelles.

Par conséquent, la qualification de chaque version est cruciale pour la qualité du logiciel. Chaque étape doit avoir des portes de qualité strictes, et l’un des moyens de rendre ce processus transparent est les “constructions automatisées”. Il permet d’automatiser les tâches depuis la collecte du code source jusqu’à l’intégration des déploiements dans différents paramètres. Généralement, dans un monde agile où les entreprises adoptent rapidement l’intégration continue/livraison continue (CI/CD), la promotion des builds de manière automatisée rend les tests efficaces et contribue grandement à une version stable.

Les entreprises ayant des pratiques d’assurance qualité matures visent une automatisation à 100 % des builds.

3. Cibles de régression

Comme indiqué précédemment dans ce blog, la régression joue un rôle crucial dans le maintien de la stabilité et de la maturité du produit. Vous devez définir un objectif pour les tests de régression automatisés et leur fréquence d’exécution pour obtenir une couverture de test plus élevée. En règle générale, une suite de régression aura des cas de test qui :

  • Avoir le plus grand nombre de taux de défauts.
  • Subir des changements fréquents.
  • Réussite/échec précédemment.
  • Couvre les principales fonctionnalités du produit.
  • Avoir des fonctionnalités plus évidentes pour les utilisateurs.
  • Inclure les valeurs limites.

En fonction des contraintes de ressources, l’assurance qualité retestera chaque cas ou en sélectionnera quelques-uns (qui sont les plus susceptibles d’être affectés par les changements récents) ou hiérarchisera les cas de test (en fonction de leur impact sur l’entreprise, du taux d’échec, de la fréquence d’utilisation, du coût pour les réparer)

Dans la plupart des cas, les tests de régression manuels ne suffiront pas et l’automatisation des tests est le seul moyen de maintenir la qualité sans sacrifier une grande partie des coûts.

Les entreprises ayant des pratiques d’assurance qualité matures ont au moins 85 % de leur suite de régression automatisée, c’est-à-dire que les tests sont exécutés automatiquement après chaque validation dans le pipeline CI/CD.

4. Tendances des défauts

L’essence même de la qualité logicielle consiste à publier un produit sans défaut. Cependant, les propriétaires de produits et les ingénieurs qualité marchent sur la corde raide lorsqu’il y a une version, car tout défaut critique signalé par les utilisateurs après la publication peut coûter très cher à l’entreprise, tant en termes monétaires qu’en termes de réputation.

Ainsi, une surveillance étroite des différentes tendances des défauts telles que la détection des défauts, la suppression des défauts, les défauts échappés à différentes étapes aidera à fournir des informations essentielles sur l’amélioration de nombreuses autres mesures.

Les entreprises ayant des pratiques d’AQ matures ont établi ces métriques qui rendent le suivi des défauts beaucoup plus gérable (cartographie des défauts aux cas de test), et cela aide également à l’identification précoce des défauts critiques.

Keerthi Veerappan

An INFJ personality wielding brevity in speech and writing. Marketer @ Zucisystems.