Temps de lecture : 1 Minutes

Différence clé entre les tests fonctionnels et les tests non fonctionnels

Lead Marketing Strategist

An INFJ personality wielding brevity in speech and writing.

Qu’est-ce que les tests fonctionnels ?

Aujourd’hui, nous utilisons des centaines, voire des milliers, d’applications logicielles sans y réfléchir. Tout ce que nous utilisons, depuis le réfrigérateur que nous utilisons, les téléviseurs que nous regardons, les voitures que nous conduisons, les systèmes de sécurité domestique sur lesquels nous comptons, les vols que nous prenons, nos virées achats en ligne… et bien sûr nos ordinateurs et téléphones portables, nous prenons toutes ces choses sont acquises. Nous attendons d’eux qu’ils se comportent exactement comme nous l’attendons, à chaque fois !

Vous êtes-vous déjà demandé comment on atteint une telle perfection ? La réponse à cette question est ce que nous appelons les Tests fonctionnels.

Les tests fonctionnels garantissent que toutes les applications qui pilotent tous les goodies que nous utilisons fonctionnent exactement comme elles sont censées le faire. Il s’agit généralement d’une forme de test en boîte noire, car généralement, les testeurs n’entrent pas vraiment dans la structure interne du programme ni dans le fonctionnement des applications. Ils regardent uniquement ce qui entre et ce qui sort : les entrées et les sorties.

Cela implique généralement de vérifier les éléments suivants :

  • L’exactitude des résultats du logiciel
  • L’intégralité des fonctionnalités du logiciel
  • L’exactitude du comportement du logiciel
  • La compatibilité du logiciel avec d’autres systèmes

Avec ce vaste océan de tests fonctionnels qui évaluent des millions d’applications chaque jour, il existe différents types de tests spécifiques conçus pour répondre à des exigences très spécifiques.

Quelle est la différence entre les tests fonctionnels et non fonctionnels ?

Les tests fonctionnels examinent le comportement d’une application, tandis que les tests non fonctionnels examinent ses performances. Pour faire une analogie, si vous considérez une application comme un enfant, alors les tests fonctionnels évaluent ses manières tandis que les tests non fonctionnels évaluent ses notes aux examens.

Certaines des différences clés entre les tests fonctionnels et non fonctionnelssont :

Fonctionnalité Tests fonctionnels Tests non fonctionnels
Objectif Pour vérifier que le logiciel exécute les fonctions qu’il est censé exécuter Pour vérifier les aspects non fonctionnels d’une application logicielle, tels que ses performances, sa convivialité, sa fiabilité et sa sécurité
Base Configuration et spécifications logicielles Attentes des clients et exigences de performance
Complexité Complexe moins moyen Plus complexe
Outils Outils manuels et automatisés Manuel & Outils et techniques spécialisés
Exemples Vérification de l’exactitude de la sortie du logiciel, de l’exhaustivité des fonctionnalités du logiciel et de l’exactitude du comportement du logiciel Vérification des performances du logiciel sous charge, de sa facilité d’utilisation par les utilisateurs, de sa fiabilité sous contrainte et de sa sécurité contre les accès non autorisés

Types de tests fonctionnels

  • Tests unitaires

La forme la plus fondamentale de test fonctionnel est le test unitaire. Il évalue les éléments ou composants les plus élémentaires d’un programme logiciel, c’est-à-dire les plus petits morceaux de code pouvant être testés. D’où le nom, test unitaire. Chaque unité peut être un module, une fonction, une méthode ou un sous-programme qui prend une certaine entrée et donne une certaine sortie. Les cas de test pour les tests unitaires évaluent les aspects fondamentaux tels que la couverture des lignes, du code et des méthodes. Ceux-ci font référence aux lignes ou à la quantité de code ou aux méthodes qui ont été exécutées ou “couvertes” pendant le test.

Voici quelques-unes des caractéristiques d’un bon test unitaire :

  • Il doit être petit et axé sur une unité de code spécifique.
  • Il doit être testable et avoir un résultat attendu clair.
  • Il doit être répétable et exécutable à la demande.
  • Il doit être indépendant des autres tests unitaires.
  • Il doit être facile à gérer et à mettre à jour au fur et à mesure que le code change.
  • Test de fumée

Le test de fumée tire son nom d’une ancienne pratique consistant à faire passer de la fumée dans les conduites de plomberie pour détecter les fissures. Dans un contexte logiciel, les tests de fumée sont conçus pour détecter si le code se brise ou échoue, et dans quelles circonstances. Cela se fait généralement après une nouvelle version, ou après quelques mises à jour, pour vérifier si les nouvelles versions sont stables.

  • Tests de santé mentale

Les tests d’intégrité sont généralement effectués sur une nouvelle version de logiciel avant sa mise en production. L’objectif des tests d’intégrité est de vérifier rapidement que le logiciel fonctionne comme prévu et qu’il n’y a pas de défauts majeurs.

  • Tests de régression

Cette forme de test est effectuée après l’ajout de nouveau code ou la correction de bogues pour s’assurer que les fonctionnalités existantes ne sont pas affectées. Si c’est le cas, on dit que le système a “régressé” ou est revenu à un niveau de fonctionnalité inférieur, d’où le nom de test de régression.

Découvrez : Premiers pas avec les tests de régression automatisés

  • Tests d’intégration

Les tests d’intégration sont effectués lorsque deux, ou généralement plus de deux, modules ou composants sont intégrés ensemble pour développer une application. Bien que les modules ou composants individuels puissent fonctionner correctement seuls, les tests d’intégration garantissent qu’ils fonctionnent aussi bien ensemble.

  • Tests d’acceptation par les utilisateurs

Également connu sous le nom de test bêta, le test d’acceptation par l’utilisateur (UAT) est une forme de test dans laquelle l’application est testée par un petit groupe d’utilisateurs réels ou d’experts, représentatifs des utilisateurs finaux réels, dans des situations réelles. UAT fournit des informations précieuses aux développeurs sur la question de savoir si les fonctionnalités qu’ils créent répondent réellement aux besoins des utilisateurs et dans quelle mesure, les lacunes ou les inconvénients auxquels ils sont confrontés et les fonctionnalités supplémentaires qu’ils doivent ajouter à l’application.

  • Localisation et amp ; Test de mondialisation

Ces types de tests sont les deux faces d’une même médaille. Dans les tests de localisation, les fonctionnalités sont vérifiées pour déterminer si elles conviennent à des cultures locales très spécifiques, tandis que dans les tests de globalisation, elles sont vérifiées pour déterminer si l’application convient à toutes les cultures à l’échelle mondiale.

  • Test du système

En termes de hiérarchie, les tests système suivent généralement l’intégration et précèdent les tests bêta ou UAT. Dans les tests de système, l’ensemble du système entièrement intégré est testé de bout en bout.

Si nous prenons une analogie avec une voiture, alors les tests unitaires vérifieront chaque écrou et boulon, roues, fenêtres, etc. Dans les tests d’intégration, les roues sont jointes à l’essieu et au châssis, puis testées. Dans System Testing, toute la voiture est prête et testée. Dans UAT ou Beta Testing, l’utilisateur prend la voiture pour un essai routier.

Découvrez des exemples de tests fonctionnels

Qu’est-ce que les tests non fonctionnels ?

Non-functional testing

Alors que les tests fonctionnels s’occupent de la façon dont les programmes sont exécutés dans une application, les tests non fonctionnels examinent comment l’application fonctionne dans un environnement réel. Ce type de test prend en compte des aspects tels que la vitesse, la fiabilité, l’évolutivité, les performances et la convivialité.

Ainsi, les tests non fonctionnels sont tout aussi critiques lorsqu’il s’agit de répondre aux exigences de l’utilisateur final, car non seulement les applications doivent “fonctionner”, mais elles doivent également “performer”.

Cela prend en compte des facteurs tels que les performances sous des charges élevées, par exemple lorsque des milliers, voire des millions d’utilisateurs se connectent simultanément à un système. Il prend également en compte la capacité de l’application à gérer diverses formes de stress, d’environnements, de catastrophes, etc.

Types de tests non fonctionnels :

  • Test de charge

Les tests de charge valident que l’application répond comme requis même lorsqu’un grand nombre d’utilisateurs simultanés y accèdent simultanément, comme dans des situations réelles. Elle est généralement effectuée sur des serveurs dédiés qui simulent des environnements d’utilisation réels.

  • Tests de résistance

Les tests de résistance évaluent les performances des applications dans des situations critiques, par exemple, dans des conditions d’espace mémoire/disque dur insuffisant. Dans de tels environnements, il est possible de détecter des défauts qui n’auraient pas été découverts dans des situations normales.

  • Tests de récupération

Cela vérifie si les applications récupèrent correctement lorsque les entrées ne sont pas comme prévu ou lorsque l’environnement échoue. Par exemple, lorsqu’un utilisateur tape une entrée non valide qui provoque l’abandon d’un processus de base de données, ou lorsque les systèmes s’arrêtent anormalement en raison d’une panne de courant, etc.

  • Tests de sécurité

Cela vérifie simplement si une application ne présente pas de failles ou de vulnérabilités pouvant être exploitées pour compromettre le système et entraîner une perte de données ou un vol. Il se concentre sur les tests d’authentification, de contrôle d’accès, d’autorisation et d’autres processus sensibles.

  • Tests d’évolutivité

Les tests d’évolutivité vérifient si l’application peut gérer une augmentation du trafic utilisateur, du nombre de transactions, de processus ou du volume de données. L’application doit évoluer pour répondre à ces augmentations de la demande.

  • Tests d’endurance

Les tests d’endurance, également connus sous le nom de tests d’immersion, vérifient si l’application peut supporter une charge soutenue sur une longue durée. Généralement, il est utilisé pour tester les fuites de mémoire dans un système.

  • Tests de fiabilité

Cette forme de test peut être utilisée pour vérifier si une application fournit la même sortie de manière cohérente sur une durée spécifiée. Les tests de fiabilité sont extrêmement vitaux dans les applications critiques telles que les systèmes aéronautiques, les processus des centrales nucléaires et les équipements médicaux, entre autres.

  • Tests de base

Les tests de référence ou de référence font référence à l’établissement d’une norme pour toute nouvelle application testée. Par exemple, une application peut être capable de gérer une charge de 100 000 utilisateurs lors de sa première série de tests, qui devient alors une référence pour les tests futurs.

Résumé

Les tests fonctionnels et non fonctionnels sont deux piliers de la famille des tests. Les deux sont tout aussi critiques lorsqu’il s’agit de répondre aux exigences des utilisateurs finaux. Alors que les tests fonctionnels examinent tous les aspects comportementaux de l’application, les tests non fonctionnels garantissent des performances correctes dans une gamme de conditions d’utilisation.

Vous cherchez à améliorer la fonctionnalité de votre produit ? Jetez un coup d’œil aux services de test fonctionnel de Zuci et voyez comment vous pouvez tirer parti de Zuci pour les besoins de votre entreprise.

Lire/regarder connexe :

Leave A Comment

Articles connexes